La situation de fait

Il s’agit de situer le projet dans un contexte plus large, déceler les particularités du terrain et ses abords, identifier les sensibilités et les contraintes à l’urbanisation. Par exemple : le type de bâtiments dans la rue, la présence d’un arbre remarquable, d’une source, d’un sentier, etc.

  • Où sommes-nous exactement ? À quelle adresse ?
  • Qu’y a-t-il autour ? Et sur le terrain même?
  • Où se situe le projet par rapport au centre de la localité et par rapport aux services utiles pour les (futurs) usager·ère·s des lieux ?

Examiner la situation d’un projet amène à se poser la question du bon aménagement des lieux et de l’intégration du projet dans son contexte.

L’urbanisme c’est un ensemble de principes qui relèvent de la loi ou de l’appréciation de critères de bon aménagement. Ces principes permettent de s’assurer que les actes et travaux sont compatibles avec le contexte et ne mettent pas en péril la qualité de vie des citoyen·ne·s. La Wallonie est petite et ce n’est pas une “page blanche”. Les zones où il est envisageable de construire se raréfient. Préserver les espaces agricoles et naturels est essentiel. Il nous faut œuvrer pour un urbanisme durable.

Les plans, guides et schémas du CoDT poursuivent l’objectif d’un développement durable du territoire qui équilibre l’ensemble des besoins de notre société. Quand un projet souhaite déroger ou s’écarter d’une ou plusieurs dispositions de ces outils, il est nécessaire d’argumenter et de demander l’avis des citoyen·ne·s.

Retour